les confessions saint augustin wikisource

  • par

(Rom. Mais toute connaissance qui varie est muable ; et ce qui est muable n’est pas éternel. C’est ce que nous accordons encore, dites-vous. vous étiez au dedans, moi au dehors de moi-même ; et c’est au dehors que je vous cherchais ; et je poursuivais de ma laideur la beauté de vos créatures. Et puis je commençai à rire, en dormant d’abord, ensuite éveillé. Confessions By … Est-il autre source d’où être et vivre découle en nous, sinon votre toute-puissance, ô Seigneur, pour qui être et vivre est tout un, parce que l’Être par excellence et la souveraine vie, c’est vous-même ; car vous êtes le Très-Haut, et vous ne changez pas ; et le jour d’aujourd’hui ne passe point pour vous, et pourtant il passe en vous, parce qu’en vous toutes choses sont, et rien ne trouverait passage si votre main ne contenait tout. Pour cette terre dès lors créée, ce n’était qu’une matière informe, puisqu’elle était invisible, sans ordre, abîme ténébreux. Les Confessions de Rousseau Livres 1 4 Texte plet. Œuvres complètes de Saint Augustin (Raulx) 17 volumes Texte établi par Poujoulat et Raulx, L. Guérin & Cie, 1864. Mais « votre miséricorde vaut mieux que toutes les vies ( Ps. de quelle haine je hais ses ennemis ! S’ils s’y refusent, s’ils me repoussent, je vous en supplie, mon Dieu, « ne me laissez pas dans votre silence (Ps. C’est en votre présence que je parle ; c’est en présence de mes frères qui font un légitime usage de la loi, en la rapportant à l’amour, sa fin véritable (I Tim. VII, 7-8). Un autre dit : « La terre était invisible, informe ; et les ténèbres couvraient l’abîme ; » c’est-à-dire : cet ensemble qu’on appelle le ciel et la terre, n’était encore qu’une matière informe et ténébreuse, d’où devaient sortir ce ciel corporel, cette terre corporelle, avec toutes les réalités corporelles connues de nos sens. C’est donc, suivant moi, de ces deux créatures, produites, l’une dans la perfection, l’autre dans l’indigence de la forme ; ciel d’une part, mais ciel du ciel ; terre de l’autre, mais terre invisible et informe, que l’Ecriture dit sans mention de jour : « Dans le « principe, Dieu fit le ciel et la terre. Il est donc vrai que la mutabilité des choses est la possibilité de toutes les formes qu’elles subissent. Ceux-là sont de petits enfants. Dans ses confessions, saint Augustin nous livre son chemin de foi et ses réflexions sur son temps qui sont toujours d'actualité de nos jours. De vous, ô Dieu, tout bien, de vous, mon Dieu, tout mon salut. Qu’il se réjouisse, celui-là même, en disant : J’ignore. Et j’ai été reçu dans les bras de votre miséricorde, comme je l’ai appris des père et mère de ma chair, de qui et en qui vous m’avez formé dans le temps ; car moi je ne m’en souviens pas. 17. Remplissant tout, est-ce de vous tout entier que vous remplissez toutes choses ? Votre science du passé et de l’avenir est bien autrement admirable et cachée. Et cette terre invisible, informe, n’a pas été non plus comptée dans l’œuvre des jours ; car, où l’ordre, où la forme ne sont pas, rien n’arrive, rien ne passe, et dès lors point de jours, point de succession de temps. 24. Les Confessions De J J Rousseau D 1878 ROUSSEAU J J. Confessions Open Library. Mais qu’est-ce donc que la diminution ou l’épuisement de l’avenir qui n’est pas encore ? Mais loin de moi la pensée d’assimiler une telle connaissance à la vôtre, ô Créateur du monde, Créateur des âmes et des corps ! Vous me donniez aussi de ne pas vouloir plus que vous ne me donniez, et à mes nourrices de vouloir me donner ce qu’elles avaient reçu de vous ; car c’était par une affection prédisposée qu’elles me voulaient donner ce que votre opulence leur prodiguait. Et le plus jeune de vos fils a-t-il donc pris un cheval, un char, un vaisseau, s’est-il envolé sur des ailes visibles, s’est-il dérobé d’un pas agile, pour livrer en pays lointain aux prodigalités de sa vie ce qu’il avait reçu de vous au départ ? Mais, ô Seigneur, paix et joie en vous, avec ceux qui se nourrissent de la vérité dans l’étendue de l’amour ! Raulx, tome I.djvu, Augustin - Œuvres complètes, éd. CXIII, 16), et la terre ; c’est-à-dire toute la nature apparente, y compris les corps célestes ; en un mot, le monde invisible et le monde visible. TABLE DES MATIÈRES. ne laissez pas la parole à mes ténèbres. « La dispute n’est bonne qu’à ruiner la foi des auditeurs ( II Tim. Je reconnais et confesse devant vous, mon Dieu, ces faiblesses qui me faisaient louer de ces hommes. L'œuvre est composée de treize livres. Ne disons-nous pas : Ce silence a autant de durée que cette parole ? Dans ses confessions, saint Augustin nous livre son chemin de foi et ses réflexions sur son temps qui sont toujours d'actualité de nos jours. Il ne parlait pas encore, et regardait, pâle et farouche, son frère de lait. Ou bien, tout ne pouvant vous contenir, contient-il partie de vous, et toute chose en même temps cette même partie ? 37. Et lorsque notre pensée y cherche ce que les sens en peuvent atteindre, en se disant Ce n’est ni une forme intelligible, comme la vie, comme la justice, puisqu’elle est matière des corps ; ni une forme sensible, puisque ni la vue, ni le sens n’ont de prise sur ce qui est invisible et sans forme ; quand l’esprit de l’homme, dis-je, se parle ainsi, il faut qu’il se condamne à l’ignorance pour la connaître, et se résigne à l’ignorer en la connaissant. Les Confessions De Saint Augustin Ghent University Library. Et au jeu même, vaincu par le désir d’une vaine supériorité, j’usurpais souvent de déloyales victoires. si elle existe ; heureuse de cet invincible attachement à votre béatitude ; heureuse d’être à jamais la demeure de votre éternité, et le miroir de votre lumière ! Jump to navigation Jump to search. Les Confessions Souvenirs D Un Demi Sicle 1830 1880. 5. Seigneur, vous m’avez dit encore à l’oreille du cœur, d’une voix forte, que cette créature même ne vous est pas coéternelle, qui n’a d’autre volonté que la vôtre, qui, s’enivrant des intarissables délices d’une possession chaste et permanente, ne trahit nulle part et jamais sa mutabilité de nature, et, liée de tout son amour à votre présente éternité, n’a point d’avenir à attendre, point de passé dont la fuite ne lui laisse qu’un souvenir, supérieure à la vicissitude, étrangère aux atteintes du temps. leur surface semble nous sourire, comme à des petits enfants ; mais quelle profondeur, ô mon Dieu ! Chapitre XXVIII, L’Esprit est la mesure du temps. Les Confessions Reed College. que vous êtes grand ! L’avenir n’est pas encore ; qui le nie ? s’écrie-t-il ; Celui qui fait trembler de son tonnerre la voûte profonde des cieux. mais vous aurez bientôt pitié. Vous les relevez de la poussière (Ps. Que je meure pour la voir ! Je l’étais donc alors. 31. Quel était donc mon péché d’alors ? « Vous êtes grand, Seigneur, et infiniment louable [1] ; grande est votre puissance, et il n’est point de mesure à votre sagesse [2]. Or, s’ils n’aiment dans leur opinion que la vérité, dès lors cette opinion est mienne aussi, car les amants de la vérité vivent d’un commun patrimoine. Donc celui qui m’a fait est bon, et lui-même est mon bien ; et l’élan de mon cœur lui rend hommage de tous ces biens répandus sur mes premières années. » Vous tairez-vous donc toujours ? XXV, 8) ! Chapitre VII, Le ciel plus excellent que la terre. L’ineffable bonheur de contempler votre présence arrête sa mobilité, et depuis son origine, invinciblement attachée à vous, elle s’est élevée au-dessus des vicissitudes du temps. — Ses premières années. Car vous avez ordonné, et il est ainsi, que tout esprit qui n’est pas dans l’ordre soit sa peine à lui-même. Ô créature bienheureuse ! Et cela, aussi bien du côté du neuf que des produits Les Confessions De Saint Augustin occasion. » Mais la vérité, c’est que le poète, dans ses fictions, assimilait aux dieux les hommes criminels, afin que le crime cessât de passer pour crime, et qu’en le commettant, on parût imiter non plus les hommes de perdition, mais les dieux du ciel. Qu’êtes-vous donc, mon Dieu ? LIVRE DEUXIÈME : AUGUSTIN A SEIZE ANS . Car dès lors même, j’avais l’être, et havie, et le sentiment ; et je veillais à préserver cet ensemble de tout moi-même, ce dessin de l’unité si cachée par qui j’étais ; je gardais par le sens intérieur l’intégrité de tous mes sens, et dans cette petitesse d’existence, dans cette petitesse de pensées, j’aimais la vérité. Augustin d'Hippone (latin : Aurelius Augustinus) ou Saint Augustin, né le 13 novembre 354 à Thagaste (l'actuelle Souk Ahras, Algérie), un municipe de la province d'Afrique, et mort le 28 août 430 à Hippone (l'actuelle Annaba, Algérie), est un philosophe et théologien chrétien romain de la classe aisée. En est-ce donc une petite que de ne vous aimer pas ? De là vienne à l’âme la grâce de comprendre jusqu’où son malheureux pèlerinage l’a éloignée de vous, et si elle a déjà soif de vous ; si ses larmes sont devenues son pain, quand chaque jour on lui demande : Où est ton Dieu ( Ps. Par pitié, déliez ma langue ! Vous savez, Seigneur, qu’étant encore enfant, surpris un jour d’une violente oppression d’estomac, j’allais mourir ; vous savez, mon Dieu, vous qui étiez déjà mon gardien, de quel élan de cœur, de quelle foi je demandai le baptême de votre Christ, mon Dieu et Seigneur, à la piété de ma mère et de notre mère commune, votre Église. Chapitre XV, Vérités constantes, malgré la diversité des interprétations. Seigneur, vous m’avez déjà dit à l’oreille du cœur, d’une voix forte, que vous êtes éternel, « seul en possession de l’immortalité ( I Tim. Et nulle part l’Ecriture ne dit quelle parole les a formées. Chose impossible : car, point de temps, sans variété de mouvements, et point de variété, sans formes. Sont-elles passées ? Je veux m’entretenir un instant en votre présence, ô mon Dieu ! Ce qui s’est écoulé d’elle, son évanoui ; le reste, son futur. ». 20. S’il faut, Seigneur, que ma voix et ma plume publient à votre gloire tout ce que vous m’avez appris sur cette matière primitive j’avoue qu’autrefois entendant son nom dans la bouche de gens qui m’en parlaient, sans pouvoir m’en donner une intelligence qu’ils n’avaient pas eux-mêmes, ma pensée se la représentait sous une infinité de formes diverses ; ou plutôt ce n’était pas elle que ma pensée se représentait, c’était un pêle-mêle de formes horribles, hideuses, mais pêle-mêle de formes que je nommais informe, non pour être dépourvu de formes, mais pour en affecter d’inouïes, d’étranges, et telles qu’une réalité semblable offerte à mes yeux eût rempli ma faible nature de trouble et d’horreur. Mais cette sagesse créature, substance intelligente, lumière par la contemplation de votre lumière, car, toute créature qu’elle est, elle porte aussi le nom de sagesse mais la lumière illuminante diffère de la lumière illuminée ; la sagesse créatrice, de la sagesse créée ; comme la justice justifiante, de la justice opérée par la justification. Ainsi, à cet âge même, que l’on redoutait moins pour moi que l’adolescence, je n’aimais point l’étude ; je haïssais d’y être contraint, et l’on m’y contraignait, et il m’en advenait bien : — je n’eusse rien appris sans contrainte : — mais moi je faisais mal ; car faire à contrecœur quelque chose de bon n’est pas bien faire. car, placés l’un et l’autre au dernier échelon de l’existence, sont-ils comparables aux créatures supérieures, revêtues de gloire et de lumière ? Ces impuretés ne nous aident en rien à retenir telles paroles, mais ces paroles enhardissent l’impureté. Tout cela est vrai, disent-ils ; mais ce n’est pas ces deux ordres de créatures que Moïse avait en vue lorsqu’il écrivait sous la dictée du Saint-Esprit : « Dans le principe, Dieu fit le ciel et la terre ( Gen. Ainsi, la faiblesse du corps au premier âge est innocente, l’âme ne l’est pas. C’est ce que depuis m’a dit votre voix criant en moi par tous vos dons intérieurs et extérieurs. Je dérobais aussi au cellier, à la table de mes parents, soit pour obéir à l’impérieuse gourmandise, soit pour avoir à donner aux enfants qui me vendaient le plaisir que nous trouvions à jouer ensemble. » et cette réunion est-elle leur création ? IV, 26), éternelle dans les cieux ; et quels cieux, sinon ces cieux sublimes, vos hymnes vivantes ; ce ciel des cieux (Ps. et qui serait donc l’artisan de lui-même ? Souvenirs sans gloire les confessions dun pilote de. » Car elle dit aussitôt quelle terre. Nondum amabam et amare amabam (Je n’aimais pas encore, et j’aimais à aimer ) Voilà ce qu’ils voient, et ils se réjouissent, autant qu’il leur est possible ici-bas, dans la lumière de votre vérité. Ce n’est point que ces folies ne m’aient laissé le souvenir de plusieurs mots utiles ; souvenir que l’on pourrait devoir à des lectures moins frivoles, et qui ne sèmeraient aucun piège sous les pas des enfants. Démentirez-vous encore la même voix, qui m’a dit : L’attente des choses à venir devient une vision directe quand elles sont présentes. VI, 16) ; » parce que rien ne change en vous, ni forme, ni mouvement ; que votre volonté n’est point sujette à l’inconstance des temps ; car une volonté variable ne saurait être une volonté immortelle. charmé de voir en peinture, sur une muraille, « comment le dieu verse une pluie d’or dans le sein de Danaé et trompe cette femme. Mais tout cet abîme primitif était presque un néant dans cette entière absence de la forme. 12. 23. Puis je fus livré à l’école pour apprendre les lettres ; malheureux, je n’en voyais pas l’utilité, et pourtant ma paresse était châtiée. — Qu’entend-il donc ? Mais quoi ! ne mesurons-nous pas le silence ? ou Comment, lui est venu la pensée de faire quelque chose, puisqu’il n’avait jamais rien fait jusque-là ? Chapitre XXII, Plusieurs créations de Dieu passées sous silence. Et si je demande encore quel oubli serait le plus funeste à la vie humaine, l’oubli de l’art de lire et d’écrire, ou celui de ces fictions poétiques, qui ne prévoit la réponse de quiconque ne s’est pas oublié lui-même ? homme plus fidèles aux lots de la grammaire qu’aux commandes de dieu. Assurément ce n’est pas en toi que je le vois, ce n’est pas en moi que tu le vois ; nous le voyons tous deux dans l’immuable vérité qui plane sur nos esprits. Un autre peut dire encore, s’il lui plaît, que ces paroles de l’Ecriture : « Dans le principe Dieu fit le ciel et la terre, » ne sauraient s’entendre des créatures invisibles et visibles arrivées à la perfection de leur être ; mais qu’elles désignent une informe ébauche de forme et de création, germe obscur où s’agitaient confusément, sans distinction de formes et de qualités, les substances qui, dans l’ordre où elles sont aujourd’hui disposées, s’appellent le ciel ou le monde des esprits, la terre ou le monde des corps. Des milliers de livres avec la livraison chez vous en 1 jour ou en magasin avec -5% de réduction ou téléchargez la version eBook. Le cantique que je chante ou, que j’entends chanter m’affecte de sentiments divers ; ma pensée se partage en attente des paroles futures, en souvenir des paroles expirées ; mais rien de tel ne survient dans votre immuable éternité ; c’est que vous êtes vraiment éternel, ô Créateur des esprits ! Dans les Confessions, en effet, saint Augustin s’accuse des erreurs de sa jeunesse ; mais en s’accusant, il raconte, et ce qu’il y a encore de passion dans ses récits plaisait, à leur insu, aux ames même les plus pieuses [2] . Les Confessions (Augustin)/Livre douzième. Vous recouvrez ce que vous trouvez et n’avez jamais perdu. Tels j’ai observé les enfants que j’ai pu voir, et ils m’ont mieux révélé à moi-même, sans me connaître, que ceux qui m’avaient connu en m’élevant. 20. Oh ! Courage ! Vice réel toutefois que ces premières inclinations, car en croissant nous les déracinons, et rejetons loin de nous, et je n’ai jamais vu homme de sens, pour retrancher le mauvais, jeter le bon. Ce livre correspond à l'oeuvre complète de saint Augustin et ne comprend aucun commentaire pour aider le lecteur ce qui peut rendre certain passage ardu pour nous aujourd'hui. De quoi nourrir vos convictions personnelles avec la référence Les Confessions De Saint Augustin si la seconde main fait partie intégrante de vos habitudes d'achat. I, 8). VIII, 5) ? ) Mais à l’égard de ce ciel des cieux, les cieux de notre terre ne sont que terre. Les Confessions (Augustin)/Livre dixième. VIII, 31) Demandez, et vous recevrez ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et il vous sera ouvert : car qui demande, reçoit ; qui cherche, trouve, et on ouvre à qui frappe (Matth. 9. Translated and Annotated by J.G. Or, notre Dieu est l’éternité même. Ô mon Dieu ! Aimons le Seigneur notre Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme, de tout notre esprit, et le prochain comme nous-mêmes (Deut. Cette traduction des Confessions est l uvre de M. Moreau (1864) (N.B. Eh ! Raulx, tome I.djvu, Augustin - Œuvres complètes, éd. Est-ce dans cette opinion que la matière était informe ; que, là où la forme n’est pas, l’ordre ne saurait être ; que l’absence de l’ordre faisait l’absence du temps, et qu’il n’y avait pourtant là qu’un presque néant, qui, doué toutefois d’une sorte d’être, ne le pouvait tenir que du principe de tout être, et de toute existence ? Et l’on endure ces défauts avec caresse, non pour être indifférents ou légers, mais comme devant passer au cours de l’âge. Les Confessions, composées au cours des années 397-400, ont été l'un des livres de chevet de l'Occident. CXLVIII, 4) qui est à vous ? Vendeur : Gallix (Gif sur Yvette, France) Evaluation du vendeur : Ajouter au panier EUR 5,40. 26. Dieu, combien est profond l’abîme de votre secret ! Chapitre XXVI, Il est digne de l’écriture de renfermer plusieurs sens sous les mêmes paroles. Où est ce cœur ? Leur sentiment fût-il vrai, la témérité de leur affirmation n’est plus de la science, mais de l’audace ; elle ne sort pas de la lumière de la vérité, mais des vapeurs de l’orgueil. (487). Quelques-uns, à la lecture des premières lignes, se représentent Dieu comme un homme, ou comme un être corporel, doué d’une puissance infinie, qui, par une étrange soudaineté de vouloir, aurait produit hors de lui, dans une étendue distante de lui-même, ces deux corps immenses et contenant toutes choses, l’un supérieur, l’autre inférieur. Ce livre correspond à l'oeuvre complète de saint Augustin et ne comprend aucun commentaire pour aider le lecteur ce qui peut rendre certain passage ardu pour nous aujourd'hui. Le Ciel, création des natures spirituelles. Et ce n’est pas ma misère que je pleurais ; je pleurais Didon « expirée, livrant au fil du glaive sa destinée dernière [23], » quand je me livrais moi-même à vos dernières créatures au lieu de vous, terre retournant à la terre. elle a résonné, et résonnera. Dans ses confessions, saint Augustin nous livre son chemin de foi et ses réflexions sur son temps qui sont toujours d'actualité de nos jours. Jusque-là, qu’abusant par mille mensonges, un précepteur, des maîtres, des parents, épris eux-mêmes de ces vanités, je les offensais par mon amour du jeu, ma passion des spectacles frivoles, mon ardeur inquiète à imiter ces bagatelles. Et ils veulent qu’on les châtie, si ce plaisir les détourne d’études, qui, de leur aveu, doivent conduire leurs fils à ce frivole honneur. Péchés de son enfance . Car alors que savais-je ? Vos louanges, Seigneur, vos louanges dictées par vos Écritures mêmes, eussent soutenu le pampre pliant de mon cœur. Et pourtant, s’agit-il de la santé du corps, on ne dit pas : Laissez-le se blesser davantage, car il n’est pas encore guéri. Et ma raison cessa de consulter mon esprit tout rempli d’images formelles, qu’il varie et combine à son gré. Ou me trompé-je ? Je n’aurais pas le droit de m’offenser, et je répondrais par les raisons précédentes, ou j’en développerais de nouvelles, si j’avais affaire à un esprit moins(496) accommodant. Il ne pouvait être l’un et l’autre ; mais on voulait autoriser l’imitation d’un véritable adultère par la fiction d’un tonnerre menteur. Celui qui prétend s’attribuer en propre l’héritage dont vous avez mis la jouissance en commun, et revendique comme son bien le pécule universel, celui-là est bientôt réduit de ce fonds social à son propre fonds, c’est-à-dire de la vérité au mensonge : « car celui qui professe le mensonge parle de son propre fonds (Jean, VIII, 44). Et notre pensée ne se représente-t-elle pas alors la durée du son, comme s’il régnait encore ; et cet espace ne lui sert-il pas de mesure pour calculer l’étendue silencieuse ? Que je meure pour vivre de sa vue ! 30. Et que faisait donc celui qui me battait ? Car cet ensemble matériel n’est pas revêtu dans toutes ses parties d’une égale beauté, et surtout aux régions inférieures dont ce monde est la dernière. XLI, 3, 4, 11) ? 14. « Or, la terre était invisible, informe, et les ténèbres couvraient l’abîme ( Gen. Souvenirs d Olympiens Achat Vente livre Robert Vlieghe. Eh quoi ! Neuf. C’est de cette terre obscure, inordonnée, de cette informité, de ce presque rien, que vous deviez produire tous les êtres par qui subsiste ce monde instable et changeant. quoi de plus misérable qu’un malheureux sans miséricorde pour lui-même, pleurant Didon, morte pour aimer Énée, et ne se pleurant pas, lui qui meurt faute de vous aimer ! Pardon, mon Dieu, je voudrais savoir, si vous le voulez, par quel conseil mon baptême a été différé. Bishop of Hippo The Confessions of St. Augustine In Thirteen Books. Oui sans doute. Testimony→ — Like a colossus bestriding two worlds, Augustine stands as the last patristic and the first medieval father of Western Christianity. Et quelle est sa vie que vous-même, et quels sont vos jours que votre éternité ; puisque vos années ne manquent jamais, et que vous êtes le même (Ps. Je me suis égaré comme une brebis perdue ( Ps. Y a-t-il donc en vous, plus et moins ? Qui pourrait me répondre ? Combien les tristes suites de mon iniquité m’en ont jeté loin ! Maintenant « mes années s’écoulent dans les « gémissements (Ps. Sucer, savourer avec délices, pleurer aux offenses de ma chair, rien de plus. Wikisource Rechercher. Ma mère les voyait ; et elle aimait mieux livrer le limon informe à leurs épreuves que l’image divine à leurs profanations. Car peut-être a-t-il entendu par « Principe » le Commencement de l’œuvre, et, par les mots de ciel et de terre, les créatures spirituelles et corporelles, non dans la perfection de leur être, mais à l’état d’ébauche informe. Êtes-vous donc contenu par le ciel et la terre, parce que vous les remplissez ? Et si nous sommes d’accord sur cette lumière du Seigneur qui nous éclaire, pourquoi disputons-nous sur la pensée d’un homme, qui ne saurait se voir comme cette vérité immuable ? Chapitre XXIV, Difficultés de déterminer le vrai sens de Moïse entre plusieurs également vrais. Ces premiers enseignements sont bien les meilleurs. Je veux réciter un cantique ; je l’ai retenu. Je commence, ma voix résonne jusqu’à ce qu’elle arrive au but déterminé. Et pourrait-il pousser l’héroïsme du dédain, jusqu’à rire de l’épouvante d’autrui, comme mes parents riaient des châtiments que m’infligeait un maître ? Votre amour est sans passion ; votre jalousie sans inquiétude ; votre repentance, sans douleur ; votre colère, sans trouble ; vos œuvres changent, vos conseils ne changent pas. Et maintenant, si ma voix et ma plume vous confessaient toutes les lumières dont vous avez éclairé pour moi ces obscurités, quel lecteur pourrait prêter une attention assez durable ? Orthographes et vocabulaires sont du XIXème siècle!) Chapitre VIII, Matière primitive faite de rien. 25. — Haine de l’étude. que ta beauté m’est chère, résidence de la gloire de mon Dieu (Ps. I, 2) » Qu’est-ce que les ténèbres, sinon l’absence de la lumière ? Ne peut-on pas dire aussi que c’est avec assez de raison que toutes les substances invisibles et visibles sont dénommées ciel et terre ; et que ces deux termes comprennent la création entière accomplie dans le Principe, c’est-à-dire dans la Sagesse divine ; mais que tous les êtres étant sortis du néant, et non de la substance de Dieu, puisqu’ils ne participent pas à sa nature et qu’ils ont en eux-mêmes le principe de la mutabilité, soit qu’ils demeurent comme l’éternelle maison du Seigneur, soit qu’ils changent comme l’âme et le corps de l’homme ; la matière de toutes choses visibles et invisibles encore dénuée de la forme, capable toutefois de la recevoir pour devenir le ciel et la terre, a été justement nommée « terre invisible et informe, abîme de ténèbres, » sauf cette distinction nécessaire entre la terre (493) invisible et sans ordre ou la matière corporelle avant l’investiture de la forme ; et les ténèbres répandues sur l’abîme ou la matière spirituelle avant la compression de sa fluide mobilité et le « FIAT LUX » de votre sagesse. L’un en considérant le début de la Genèse, « dans le principe Dieu créa, » porte sa pensée sur l’éternelle Sagesse, ce principe qui nous parle. Chapitre XXXI, Dieu connaît autrement que les Hommes. Chapitre XXVIII, Des divers sens qu’elle peut recevoir. III, 13) ; » qu’ils comprennent que vous êtes avant tous les temps, Créateur éternel de tous les temps ; que vous n’admettez au partage de votre éternité aucun temps, aucune créature, en fût-il une qui eût devancé les temps ! — La Terre, création de la matière primitive. Mais non, c’est l’entraînement de la passion qui nous jette dans les ténèbres, et loin de votre face. Book XIII→ — The mode of creation and the truth of Scripture. Aimé de cette heureuse créature, de tout l’amour que vous exigez, ô Dieu, vous vous montrez à elle, et vous lui suffisez, et elle ne se détourne jamais de vous, pas même pour se tourner vers elle. Les Confessions de Saint-Augustin sont une rapsodie, un mélange d’autobiographie, d’essai philosophique, de réflexion théologique et d’exégèse critique de la Bible, tout à fait inédit à l’époque de Saint-Augustin.

Récupérer Son Joueur Nba 2k21, Restaurant Sainte-gemme La Plaine, Ondes Et Signaux Seconde Exercices Corrigés, Petit Pain Antillais, Morphine Effets Sur Le Cœur, Ministere Des Sports Ivoirien,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *